1. METICES
  2. FR
  3. Membres
  4. Corps académique

Lannoy Pierre

Chargé de cours

Localisation :

ULB - Centre METICES
Institut de Sociologie - CP 124
Avenue Jeanne 44
B- 1050 BRUXELLES

Bâtiment S - 13 ème étage - Bureau  13-228

Pierre.Lannoy@ulb.be
+32 (0)2 650 33 52
 

Bio

Chargé de cours en sociologie à l’ULB, Pierre Lannoy travaille principalement sur les questions de transports et de mobilité. Il s’était d’abord intéressé à la transformation des villes avant d’étudier la place de l’automobile et d’étendre son domaine de recherche à la mobilité.

Présentation des enseignements

Eléments d'épistémologie des sciences sociales [SOCAD203]

Genre et ville [GENRD402]

Sociologie des mobilités [SOCAD455]

Etude approfondie de questions de sociologie I [SOCAD458]

Analyse qualitative en sciences sociales [SOCAD467]

Sociologie de la ville [SOCAD494]

Etude approfondie de questions de sociologie II [SOCAD536]

 

Présentation des recherches 

Les prisonniers italiens de la Grande Guerre en Belgique et en France occupées : https://pdgit1918.be

 

Travaux sélectionnés

Ouvrages publiés en collaboration

2019

Sociologie de l'automobile

Lannoy, P., & DEMOLI, Y. (2019). Sociologie de l'automobile. Paris: La Découverte.  

L'automobile ne cesse d'exciter les passions et de susciter les controverses. Choisie et utilisée avec soin, présentée comme un symbole de réussite et d'autonomie, elle est aussi fustigée comme la cause de nombreux fléaux environnementaux, urbanistiques et sanitaires du monde contemporain. Si la voiture est l'objet de jugements si paradoxaux, c'est parce qu'elle n'est pas seulement un objet matériel, mais un fait social à part entière.Sur la base d'une synthèse inédite de travaux tant français qu'étrangers, cet ouvrage montre que le phénomène automobile peut se comprendre à partir des divisions et des enjeux de domination entre les groupes sociaux. Il examine, dans cette perspective, la diffusion historique de l'automobile, la massification de son usage - autant que son timide reflux -, la diversité des cultures et des identités dont elle est le véhicule, sans oublier ses externalités négatives, qui suivent les lignes de structuration du monde social.Le regard sociologique offre ainsi des clés de décryptage du monde automobile, à la fois originales et éclairantes dans les débats sur son avenir.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/285750/3/index-Sociologie_de_l_automobile-9782707197955.html

 

2011

Tiring Mobilities

Lord, S., Enaux, C., & Lannoy, P. (2011). Tiring Mobilities. Articulo.  

 

2007

La mobilité généralisée

Lannoy, P., & Ramadier, T. (2007). La mobilité généralisée: Formes et valeurs de la mobilité quotidienne. Louvain-la-Neuve: Académia-Bruylant.  

 

Ouvrages édités à titre de seul éditeur ou en collaboration

2016

Het delen van de openbare ruimte in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest (Katernen van het Kenniscentrum van de mobiliteit in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest, 5)

Loir, C., Brandeleer, C., Ermans, T., Hubert, M., Janssens, I., Lannoy, P., & Vanderstraeten, P. (2016). Het delen van de openbare ruimte in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest (Katernen van het Kenniscentrum van de mobiliteit in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest, 5).  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/309984/5/katern_nr_5-hoofdstuk_1-4.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/309984/4/katern_nr_5-hoofdstuk_5-6.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/309984/3/katern_nr_5-hoofdstuk_7-9.pdf

 

Le partage de l'espace public en Région de Bruxelles-Capitale (Cahiers de l'Observatoire de la Mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale, 5), Bruxelles, 2016

Loir, C., Brandeleer, C., Ermans, T., Hubert, M., Janssens, I., Lannoy, P., & Vanderstraeten, P. (2016). Le partage de l'espace public en Région de Bruxelles-Capitale (Cahiers de l'Observatoire de la Mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale, 5), Bruxelles, 2016.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/309983/4/le_partage_de_lespace_public.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/309983/3/le_partage_de_lespace_public_suite.pdf

 

Parties d'ouvrages collectifs

A paraître

Brève histoire du vélo racontée depuis Bruxelles

Lannoy, P., & Gerkens, J.-P. (2020). Brève histoire du vélo racontée depuis Bruxelles. In Cahiers de l'Observatoire de la mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale. Bruxelles: Région de Bruxelles-Capitale.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/298620/3/RBC-cahier7-bike-2020.pdf

 

2021

Un territoire sans mobilité alternative.

Lannoy, P. (2021). Un territoire sans mobilité alternative.: Ou quand des urbain.e.s parlent des déplacements en dehors de la ville. In Peut-on se passer de la voiture hors des centres urbains ? (1 ed., pp. 85-101). Paris: MSH Paris-Saclay.(Actes, 7).  

 

Le rétrécissement de l'intérieur : la liberté académique à l'ère de l'Excellence

Atelier des chercheurs pour une désexcellence des universités, L., Deligne, C., Lannoy, P., Gosselain, O., Nagels, C., Van Criekingen, M., Decroly, J.-M., Wolff, E., D'Hainaut, B., Moriau, J., et al. (2021). Le rétrécissement de l'intérieur : la liberté académique à l'ère de l'Excellence. In V. Frangville, A. Merlin, J. Sfeir, & P.-E. Vandamme (Eds.), Liberté académique: Enjeux et menaces. Bruxelles: Presses universitaires de Bruxelles.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/318630/3/lretrecissement_de_linterieur.pdf

 

2018

Enquêter sur l'exercice du pouvoir à partir de ses spatialités. L'entrisme de la firme McKinsey dans le milieu éducatif et universitaire belge

Lannoy, P. (2018). Enquêter sur l'exercice du pouvoir à partir de ses spatialités. L'entrisme de la firme McKinsey dans le milieu éducatif et universitaire belge. In E. Lenel (Ed.), L'espace des sociologues: Recherches contemporaines en compagnie de Jean Remy (1 ed., pp. 215-246). Toulouse: Erès.(Sociétés urbaines et rurales).  

 

2016

L'entretien collectif : un dispositif de réflexivité distribuée

Lannoy, P., & Nijs, G. (2016). L'entretien collectif : un dispositif de réflexivité distribuée. In J. Kivits, F. Balard, C. Fournier, & M. Winance (Eds.), Les recherches qualitatives en santé (1 ed., pp. 101-116). Paris: Armand Colin.(U).  

 

Programmer le partage de l'espace public dans une ville motorisée : l'évolution des principes d'aménagement des voiries à Bruxelles après la Seconde Guerre mondiale

Lannoy, P. (2016). Programmer le partage de l'espace public dans une ville motorisée : l'évolution des principes d'aménagement des voiries à Bruxelles après la Seconde Guerre mondiale. In Cahiers de l'Observatoire de la mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale, Vol. 5. Le partage de l'espace public en Région bruxelloise (pp. 30-41). Bruxelles: Bruxelles Mobilité - Service Public Régional de Bruxelles.  

 

La méthode BVLM. Formes et enjeux des modes d'évaluation de la Recherche

Atelier des chercheurs pour une désexcellence des universités, L., Decroly, J.-M., Deligne, C., D'Hainaut, B., Gosselain, O., Heirwegh, J.-J., Lannoy, P., Lebeer, G., Livingstone Smith, A., Moriau, J., Van Criekingen, M., & Wolff, E. (2016). La méthode BVLM. Formes et enjeux des modes d'évaluation de la Recherche. In E. Zaccai (Ed.), L'évaluation de la recherche en question(s) (pp. 113-129). Bruxelles: Académie éditions.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/249213/3/La_methode_BVLM.pdf

 

Algemene Conclusies

Loir, C., Brandeleer, C., Ermans, T., Hubert, M., Janssens, I., Lannoy, P., & Vanderstraeten, P. (2016). Algemene Conclusies. In Het delen van de openbare ruimte in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest,Brussel,Het delen van de openbare ruimte in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest,13-29.Katernen van het Kenniscentrum van de mobiliteit in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest (pp. 151-154). Bruxelles.  

 

Conclusions générales

Loir, C., Brandeleer, C., Ermans, T., Hubert, M., Janssens, I., Lannoy, P., & Vanderstraeten, P. (2016). Conclusions générales. In Le partage de l'espace public en Région de Bruxelles-Capitale (Cahiers de l'Observatoire de la Mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale, 5) (pp. 151-154). Bruxelles.  

 

2013

Les visiteurs et leurs clichés, figures de l'activité photographique au musée Autoworld de Bruxelles

Lannoy, P., & Marziali, V. (2013). Les visiteurs et leurs clichés, figures de l'activité photographique au musée Autoworld de Bruxelles. In S. Chaumier, A. Krebs, & M. Roustan (Eds.), Visiteurs photographes au musée (pp. 115-131). Paris: La documentation Française.(Musée-Mondes).  

 

Le pouvoir chez Saul Alinsky et Michel Foucault

Lannoy, P. (2013). Le pouvoir chez Saul Alinsky et Michel Foucault. In S. Guth (Ed.), Saul Alinsky: Conflit et démocratie locale (1 ed., pp. 99-120). Paris: L'Harmattan.(Logiques sociales).  

 

Les visiteurs et leurs clichés. Figures de l'activité photographique au musée Autoworld de Bruxelles

Lannoy, P., & Marziali, V. (2013). Les visiteurs et leurs clichés. Figures de l'activité photographique au musée Autoworld de Bruxelles. In S. Chaumier, A. Krebs, & M. Roustan (Eds.), Visiteurs photographes au musée (1 ed., pp. 115-131). Paris: La Documentation française.(Musées-Mondes).  

 

2012

Montrer la nation au travail. Productions et usages des images du travail dans l'industrie automobile durant l'entre-deux-crises (1929-1973)

Lannoy, P. (2012). Montrer la nation au travail. Productions et usages des images du travail dans l'industrie automobile durant l'entre-deux-crises (1929-1973). In Images du travail, travail des images (pp. 101-115). Rennes: Presses Universitaires de Rennes.  

 

La Coccinelle VW, de la voiture populaire à la popularité automobile

Lannoy, P. (2012). La Coccinelle VW, de la voiture populaire à la popularité automobile. In L'automobile populaire (pp. 16-29). Issy-les-Moulineaux: Les éditions du Fil Conducteur.  

 

2011

"Idéaux et troubles d'un droit à la mobilité"

Jamar, D., & Lannoy, P. (2011). "Idéaux et troubles d'un droit à la mobilité". In Mobile, Immobile. Quels choix, quels droits pour 2030?, Vol. 2. Mobile, Immobile. Quels choix, quels droits pour 2030? (pp. 63-73). Paris: L'Aube.  

 

Idéaux et troubles d'un droit à la mobilité (ou comment faire de la mobilité un territoire politique)

Lannoy, P., & Jamar, D. (2011). Idéaux et troubles d'un droit à la mobilité (ou comment faire de la mobilité un territoire politique). In C. Gay, V. Kaufmann, S. Landriève, & S. Vincent-Gueslin (Eds.), Mobile Immobile. Quels choix, quels droits pour 2030 (pp. 63-73). L'Aube.  

 

Les voies du sous-sol. Configurations sociotechniques et évolutions historiques des infrastructures souterraines de transport ferré à Bruxelles

Lannoy, P., & Tellier, C. (2011). Les voies du sous-sol. Configurations sociotechniques et évolutions historiques des infrastructures souterraines de transport ferré à Bruxelles. In P. Lamard & N. Stoskopf (Eds.), Transports, territoires et société (pp. 25-40). Paris: Picard.  

 

2010

Le deuxième corps du soi. Le tuning automobile et le gouvernement des passions

Lannoy, P. (2010). Le deuxième corps du soi. Le tuning automobile et le gouvernement des passions. In G. Lebeer & J. Moriau (Eds.), (Se) Gouverner. Entre souci de soi et action publique (pp. 117-146). Bruxelles/Berlin/Oxford: Peter Lang.(Action publique).  

 

2009

Vers l'hypothèse d'une identité de déplacement.

Lannoy, P., Ramadier, T., Depeau, S., Carpentier, S., & Enaux, C. (2009). Vers l'hypothèse d'une identité de déplacement.: Congruence entre espace social, cognitif et géographique. In P. Grandjean (Ed.), Construction identitaire et espace (pp. 75-94). Paris: L'Harmattan.(Géographie et Cultures).  

 

2008

Robert Park à l'école de Boston, ou de l'américanisation de son anthropologie

Lannoy, P. (2008). Robert Park à l'école de Boston, ou de l'américanisation de son anthropologie. In S. Guth (Ed.), Modernité de Robert Ezra Park: Les concepts de l'Ecole de Chicago (pp. 83-114). Paris: L'Harmattan.  

 

2007

El impacto de la gratuidad en el transporte público

Lannoy, P., Macharis, C., De Witte, A., Polain, C., & Steenberghen, T. (2007). El impacto de la gratuidad en el transporte público: el caso de Bruselas. In J. Martín, A. Reggiani, & P. Rietveld (Eds.), Las redes de transporte desde un enfoque multidisciplinar (pp. 41-75). Navarra: Aranzadi/Thomson Civitas.  

 

Introduction

Lannoy, P., & Ramadier, T. (2007). Introduction. In P. Lannoy & T. Ramadier (Eds.), La mobilité généralisée: Formes et valeurs de la mobilité quotidienne (pp. 9-19). Louvain-la-Neuve: Académia-Bruylant.  

 

Articles dans des revues avec comité de lecture

2023

Le cimetière des fascistes.

Lannoy, P. (2023). Le cimetière des fascistes.: Comment ne pas dire l'histoire des soldats italiens décédés en captivité en Belgique et en France durant la Grande Guerre. Laboratoire italien,(31), 11373. doi:https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.11373  

Durant la Première Guerre mondiale, environ 25 000 soldats italiens faits prisonniers lors de la bataille de Caporetto sont envoyés à l'arrière du front occidental dans les territoires belges et français que les Allemands occupent depuis 1914, condamnés à travailler pour leur ennemi. Plus de deux mille d'entre eux y succombent, leurs sépultures étant réparties dans plus de cent-cinquante localités différentes. Dès avant la fin de la Grande Guerre, divers hommages sont rendus à ces militaires morts en captivité. Mais après 1922, le régime fasciste entreprend d'effacer l'histoire de la captivité italienne. Ainsi, durant le « ventennio fascista », les cimetières belges et français contenant des sépultures italiennes deviennent des scènes politiques où est ardemment transmise la (ré)vision fasciste de l'histoire militaire italienne. L'article vise donc à identifier la transformation des pratiques cérémonielles italiennes déployées entre 1918 et 1940 en Belgique et en France. Afin de comprendre les particularités de ce travail politique, on décrira d'abord les discours dont les prisonniers de Caporetto furent l'objet jusqu'à l'avènement du fascisme. Par comparaison, on identifiera ensuite les inventions cérémonielles des représentants du fascisme s'exprimant dans les cimetières belges et français ; ainsi, on présentera trois dispositifs d'élision de la captivité italienne qu'ils y mirent en œuvre durant l'entre-deux-guerres. La conclusion évoquera la portée de cette politique mémorielle fasciste dans la seconde moitié du vingtième siècle.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/374868/3/LANNOY_2023_Laboratoireitalien31.pdf

 

Bruxelles, novembre 1918 : une visite inattendue à l'Institut du docteur Rouffart, rue Van Orley

Lannoy, P. (2023). Bruxelles, novembre 1918 : une visite inattendue à l'Institut du docteur Rouffart, rue Van Orley. Revue médicale de Bruxelles, 44(1). doi:10.30637/2023.22-040  

Cet article relate le séjour que Mario Bosisio, un soldat italien prisonnier des Allemands, fit à Bruxelles dans la seconde moitié du mois de novembre 1918, au lendemain de sa libération. Comme plusieurs dizaines de milliers de ses compatriotes, il avait été exilé en Belgique pour travailler au profit de l'occupant. Dans ses mémoires restés inédits, Bosisio raconte sa rencontre fortuite dans une rue de Bruxelles avec une religieuse qui lui proposa de loger à l'Institut chirurgical du docteur Edmond Rouffart, situé à l'angle de la rue Van Orley et de la place des Barricades. Il décrit avec précision l'hébergement que lui offrirent les Religieuses Trinitaires qui y servaient à cette époque, ainsi que la sollicitude dont il fut l'objet de la part de la fille du docteur Rouffart, Nelly. L'article fournit la traduction française du texte original de Bosisio et éclaire son contenu en mobilisant diverses sources historiographiques (archives publiques et privées, presse, littérature primaire et secondaire). Restituer cette visite inattendue est l'occasion de décrire le fonctionnement et l'aménagement d'une clinique privée bruxelloise au début du vingtième siècle et de retrouver les sentiments qui animaient ses protagonistes dans les premiers jours qui suivirent l'armistice du 11 novembre 1918.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/345269/3/LANNOY_bruxelles-institut-rouffart.pdf

 

2022

Vulnérabilité hydrique et accès à l'eau d'hygiène : compromis de coexistence à Bruxelles

Bacquaert, P., Decroly, J.-M., Deligne, C., Lannoy, P., May, X., & Marziali, V. (2022). Vulnérabilité hydrique et accès à l'eau d'hygiène : compromis de coexistence à Bruxelles. Espaces et sociétés, 186-187(3-4), 135-153.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/338490/5/Espace186-187_Marziali.pdf

 

Vulnérabilité hydrique et compromis de coexistence à Bruxelles

Bacquaert, P., Decroly, J.-M., Deligne, C., Lannoy, P., Marziali, V., & May, X. (2022). Vulnérabilité hydrique et compromis de coexistence à Bruxelles. Espaces et sociétés, 186-187(3-4), 135-153. doi:10.3917/esp.186.0135  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/371804/3/ESP_186_0135.pdf

 

2021

De Caporetto à Robermont.

Lannoy, P. (2021). De Caporetto à Robermont.: Les itinéraires des prisonniers de guerre italiens en Belgique pendant et après la Première Guerre mondiale. Revue Belge d'histoire contemporaine, 51(4), 4, 66-100.  

La présence sur le territoire belge de sépultures militaires italiennes datant de la Première Guerre mondiale renvoie à un épisode qui resta longtemps méconnu. Il est désormais établi que ces dépouilles sont en immense majorité celles de prisonniers de guerre, tombés aux mains de leurs ennemis lors de la bataille de Caporetto en octobre-novembre 1917. Le petit nombre de carrés militaires italiens existant actuellement en Belgique (neuf au total) empêche cependant d'imaginer la surprenante dispersion géographique de ces prisonniers durant les années de guerre. Afin de comprendre la formation, l'étendue et l'évolution de cette présence, nous suggérons de concevoir le séjour des prisonniers italiens en Belgique non pas uniquement comme leur détention en un certain nombre de lieux fixes mais comme un ensemble de circulations caractérisées, dont les formes varient dans le temps. Reposant sur une série de données et d'analyses inédites, l'article propose une chronologie détaillée des itinéraires suivis par ces détenus, une liste renouvelée des lieux où ils furent internés et des types de travaux auxquels ils furent astreints, ainsi qu'une description des trajectoires mémorielles dont ils furent l'objet. Chaque séquence de cette chronologie se présente en effet comme la configuration prise par un « régime de circulation » de ces prisonniers, se déployant selon des échelles géographiques et temporelles particulières. L'article avance également une estimation du nombre total d'Italiens exploités dans ces compagnies durant leur présence sur le territoire belge. En définitive, les éléments présentés ici permettent d'approcher une forme de captivité de guerre peu étudiée dans la littérature, et qui s'avère différente, par bien des aspects, du séjour prolongé dans un camp de masse.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/338033/3/Lannoy_RBHC_2021_LI-4_66-100.pdf

 

Formes, facteurs et importance de la vulnérabilité hydrique dans une métropole européenne

May, X., Bacquaert, P., Decroly, J.-M., De Guiran, L., Deligne, C., Lannoy, P., & Marziali, V. (2021). Formes, facteurs et importance de la vulnérabilité hydrique dans une métropole européenne: Le cas de Bruxelles. EchoGeo, 57, 22098.  

Cet article traite des difficultés d'accès à l'eau d'hygiène (pour se laver, accéder à une toilette ou laver son linge) rencontrées par les personnes qui vivent à Bruxelles. Dans ce cadre, nous mettons en évidence la notion de vulnérabilité hydrique qui prend en compte les difficultés d'accès à l'eau en raison de son coût, des caractéristiques du logement (fuite, absence des équipements sanitaires de base…) ou de l'absence de logement. Nous montrons qu'en raison de l'appauvrissement de la population bruxelloise et du manque d'infrastructures sanitaires publiques (en particulier les douches, fontaines et toilettes publiques), au minimum 100 000 personnes, soit 8,2 % de la population bruxelloise, est en vulnérabilité hydrique.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/338036/3/MAY_Echogeo-57-2021.pdf

 

Pourquoi ne pas en finir avec la tarification progressive de l'eau à Bruxelles ?

May, X., Bacquaert, P., Decroly, J.-M., De Guiran, L., Deligne, C., Lannoy, P., & Marziali, V. (2021). Pourquoi ne pas en finir avec la tarification progressive de l'eau à Bruxelles ? Brussels Studies., 156. doi:10.4000/brussels.5494  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/322986/3/brussels-5494.pdf

 

Les femmes dans le nom des rues bruxelloises. Topographie d'une minorisation

Ouali, N., Lannoy, P., et al. (2021). Les femmes dans le nom des rues bruxelloises. Topographie d'une minorisation. Brussels Studies, 154. doi:10.4000/brussels.5376  

L'article propose un examen de l'odonymie de Bruxelles, c'est-à-dire des dénominations de ses voiries, sous le prisme du genre. Après un relevé systématique du nom des rues et des caractéristiques des figures féminines mises en valeur, qui révèle un déséquilibre criant entre les noms féminins et masculins des rues de Bruxelles (sur l'ensemble de la Région, on compte dix fois moins d'odonymes féminins que masculins), l'article analyse les pratiques et les stratégies déployées par les élu∙e∙s à l'échelle communale pour féminiser le nom des rues et rendre justice à la mémoire des femmes à travers une transformation de la toponymie, entre autres. D'une part, il dévoile les contraintes liées à la législation, à la morphologie urbaine ou aux stéréotypes genrés qui pèsent sur l'entreprise d'accroissement du nombre de noms de rues féminins et, d'autre part, il analyse l'action des élu∙e∙s et l'influence des organisations féministes qui luttent contre la minorisation des femmes dans la matérialité de l'espace urbain bruxellois.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/360966/1/doi_344610.pdf

 

Vrouwen in Brusselse straatnamen. Topografie van een minorisering

Ouali, N., Lannoy, P., et al. (2021). Vrouwen in Brusselse straatnamen. Topografie van een minorisering. Brussels studies, 154, 15. doi:https://doi.org/10.4000/brussels.5431  

Het artikel onderzoekt de Brusselse straatnaamgeving vanuit genderoogpunt. Na eensystematisch overzicht van de straatnamen en van de kenmerken van de vrouwelijke figuren instraatnamen, waaruit een overduidelijke wanverhouding tussen het gebruik van vrouwen- enmannennamen in Brusselse straatnamen (in het hele Gewest zijn er tien keer minder vrouwelijkestraatnamen dan mannelijke) blijkt, onderzoekt het artikel de praktijken en de strategieën vanverkozenen op gemeentelijk niveau om straatnamen te vervrouwelijken en om de nagedachtenisvan vrouwen eer aan te doen door onder andere de toponymie te herzien. Enerzijds wijst hetartikel op de beperkingen die verband houden met de wetgeving, stadsmorfologie ofgenderstereotypen en die het moeilijk maken om het aantal vrouwelijke straatnamen teverhogen. Anderzijds analyseert het de inspanningen van verkozenen en de invloed vanvrouwenorganisaties die de strijd aanbinden tegen de minorisering van vrouwen in dematerialiteit van de Brusselse stadsruimte.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/320528/3/BruS154NL.pdf

 

Women in Brussels street names. Topography of a minoritisation

Ouali, N., Lannoy, P., et al. (2021). Women in Brussels street names. Topography of a minoritisation. Brussels studies, 154, 15. doi:https://doi.org/10.4000/brussels.5433  

The article proposes an examination of odonyms in Brussels, i.e. the names of its streets, throughthe prism of gender. After a systematic survey of street names and the characteristics of thefemale figures honoured - which reveals a glaring imbalance between the female and male streetnames in Brussels (there are ten times fewer female odonyms than male odonyms in the Region)- the article analyses the practices and strategies used by municipal representatives to feminisestreet names and do justice to the memory of women through a transformation of the toponymy,among other things. On the one hand, it reveals the constraints linked to legislation, urbanmorphology and gender stereotypes which weigh on the undertaking to increase the number offemale street names and, on the other hand, it analyses the action of elected representatives andthe influence of feminist organisations which fight against the minoritisation of women in themateriality of the Brussels urban space.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/320529/3/BruS154EN.pdf

 

2020

Matérialité de l'espace urbain et égalité des sexes : mesures et enjeux de l'odonymie bruxelloise

Ouali, N., & Lannoy, P. (2020). Matérialité de l'espace urbain et égalité des sexes : mesures et enjeux de l'odonymie bruxelloise. Géographie et cultures, 115, 157-179. doi:https://doi.org/10.4000/gc.15840  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/326533/4/LANNOY-OUALI_2020_gc-115.pdf

 

2019

Remettre la voiture sur la route du débat

DEMOLI, Y., & Lannoy, P. (2019). Remettre la voiture sur la route du débat. Revue parlementaire et d'économie politique, 998, 28-29.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/359622/3/RP_998_2019_YD-PL.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/359622/4/RP_998_2019_YD-PL.pdf

 

Automobile, l'indépassable dépendance

Lannoy, P., & DEMOLI, Y. (2019). Automobile, l'indépassable dépendance. Sciences humaines, 24, 46-47.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/359618/3/DEMOLI_LANNOY_SciHum_HS-2019.pdf

 

Le véhicule d'une société

Lannoy, P., & DEMOLI, Y. (2019). Le véhicule d'une société. Silence, 484, 5-7.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/359617/3/DEMOLI_LANNOY_Silence_484_2019.pdf

 

2017

La liberté de circuler. Tout est dans le titre

Lannoy, P. (2017). La liberté de circuler. Tout est dans le titre. Recherche, transports, sécurité, 2017(1-2), 49-65. doi:10.4074/S0761898017002059  

As a preamble to this special issue dedicated to the driving licence, this paper proposes a twofold investigation. On one hand, it tries to put the driving licence in perspective by locating it within the general landscape of the regulations of movements of people in contemporary France. To do it, a distinction is made between what is considered as the main devices by which the institutional framing of travels and journeys operates today: codifications of traffics, authorizations to circulate and certifications of technical equipment. On the other hand, the paper deepens the analysis of the licence as an institutionalized device by examining the various generic configurations or situations which it engenders. This approach brings us to conceptualize the driving licence as a piece of a wider “institutional canvas” whose social peculiarity is to lubricate the movements of people endorsing and corresponding to the standards which it establishes and to impede those of people which cannot comply to them. Numerous examples are exposed throughout the article to illustrate the development of the analysis.

 

L'anxiété urbaine et ses espaces. Expériences de femmes bruxelloises

Gilow, M., & Lannoy, P. (2017). L'anxiété urbaine et ses espaces. Expériences de femmes bruxelloises. Les Annales de la recherche urbaine,(112).  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/253953/3/ARU112-04.pdf

 

2016

The slowness I cherish. An attempt at sociological and political self-analysis

Lannoy, P. (2016). The slowness I cherish. An attempt at sociological and political self-analysis. Dos Algarves (Em linha),(27), 53-72.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/253954/3/LANNOY_Slowness_DosAlgarves_2016_rev27.pdf

 

2015

Les mémoires d'une automobile (pas) comme les autres.

Lannoy, P. (2015). Les mémoires d'une automobile (pas) comme les autres.: La Coccinelle VW et ses mises en histoire. Conserveries mémorielles,(17).  

 

2014

Gérer l'histoire de sa naissance : les modes de production des récits d'origine chez Volkswagen

Lannoy, P. (2014). Gérer l'histoire de sa naissance : les modes de production des récits d'origine chez Volkswagen. Sociologies pratiques,(29), 25-38.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/176291/1/Lannoy_SOPR_029_0025_2014.pdf

 

2011

Les mobilités éprouvantes. Regards sur les pénibilités des déplacements ordinaires

Lannoy, P., Enaux, C., & Lord, S. (2011). Les mobilités éprouvantes. Regards sur les pénibilités des déplacements ordinaires. Articulo, 7.  

 

Raconter la production automobile fordiste

Lannoy, P. (2011). Raconter la production automobile fordiste. Culture & musées, 18, 47-73.  

 

Incertain Robert Doisneau. Cosmogramme photographique et ritournelle autobiographique

Lannoy, P. (2011). Incertain Robert Doisneau. Cosmogramme photographique et ritournelle autobiographique. N.O.I.R., 2, 8-32.  

 

2010

L'usine, la photographie et la nation. L'entreprise automobile fordiste et la production des photographes industriels

Lannoy, P. (2010). L'usine, la photographie et la nation. L'entreprise automobile fordiste et la production des photographes industriels. Genèses, 80, 114-133.  

 

2009

Produire la voiture populaire et sauver le peuple de la ville.

Lannoy, P. (2009). Produire la voiture populaire et sauver le peuple de la ville.: Les desseins du populisme automobile chez Ford, Hitler et Renault. Articulo, 1.  

 

Articles dans des revues sans comité de lecture

2022

Isabella Errera et l'Oeuvre d'assistance aux prisonniers Italiens déportés en Belgique

Lannoy, P. (2022). Isabella Errera et l'Oeuvre d'assistance aux prisonniers Italiens déportés en Belgique: Des archives inédites éclairent un épisode oublié de la Première Guerre mondiale. MuséOn : revue d'art et d'histoire du Musée juif de Belgique, 2022(9), 72-83.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/345265/3/2022_LANNOYP_Museon-Errera_09-2022.pdf

 

Rapports de recherche, comptes rendus, lettres à l'éditeur, working papers

2019

Mission d'évaluation de l'ordonnance du 8 mai 2014 relative à l'hébergement touristique.

Bernard, N., Brodersen, M., Decroly, J.-M., Lannoy, P., Perilleux, H., & Retout, M. (2019). Mission d'évaluation de l'ordonnance du 8 mai 2014 relative à l'hébergement touristique.  

 

2011

ROSARINE

Lannoy, P. (2011). ROSARINE: La mission en Belgique (2010). In F. Hamelin (Ed.), Sciences et politiques de sécurité routière. Comparaisons européennes: Rapport final ROSARINE (Road Safety Research in Europe), Projet ANR-07-TSFA-002-01, IFSTTAR 142-161.  

 

2009

SUSTAPARK

Lannoy, P. (2009). SUSTAPARK: Optimising price and location of parking in cities under a sustainability constraint.  

 

Action de recherche sur la sécurité dans les transports scolaires de la zone de Charleroi

Lannoy, P. (2009). Action de recherche sur la sécurité dans les transports scolaires de la zone de Charleroi.  

 

MESSAGE. Mobility and the Elderly

Lannoy, P. (2009). MESSAGE. Mobility and the Elderly: Successful ageing in a sustainable transport system.  

 

2007

Les mobilités quotidiennes

Lannoy, P., Carpentier, S., Depeau, S., Despres, C., Enaux, C., Hamza, K., Fortin, S., Martin-Roy, S., & Ramadier, T. (2007). Les mobilités quotidiennes: représentations et pratiques. Vers l'identité de déplacement.  

 

Activités de vulgarisation

2023

Comment les politiques publiques aggravent les vulnérabilités

Deligne, C., Godart, P., Moriau, J., Decroly, J.-M., Lannoy, P., Leclercq, A., Malherbe, A., Marziali, V., May, X., Pierre, A., Sanderson, J.-P., Swyngedouw, E., Van Criekingen, M., & Van Heur, B. (2023). Comment les politiques publiques aggravent les vulnérabilités. Brussels Studies.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/360209/3/2394

 

2022

1917-1918. Soldats décédés au Lazaret de Hautmont

Lannoy, P. (2022). 1917-1918. Soldats décédés au Lazaret de Hautmont. L'Avesnois, 2022(58), 12-28.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/345263/3/avesnois58.pdf

 

2020

Vulnérabilité hydrique: repenser une continuité entre logement et espaces publics

Deligne, C., Bacquaert, P., Decroly, J.-M., Lannoy, P., Marziali, V., May, X., & De Guiran, L. (2020). Vulnérabilité hydrique: repenser une continuité entre logement et espaces publics. Mediapart.  

 

Vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics

Deligne, C., Bacquaert, P., Decroly, J.-M., Lannoy, P., Marziali, V., May, X., & De Guiran, L. (2020). Vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics. Le Soir., https://plus.lesoir.be/339928/article/2020-11-28/la-chronique-de-carta-academica-la-vulnerabilite-hydrique-ou-la-necessite-de.  

 

2019

L'eau, ce bien pas toujours accessible

May, X., Bacquaert, P., Decroly, J.-M., Deligne, C., Marziali, V., & Lannoy, P. (2019). L'eau, ce bien pas toujours accessible. Démocratie,(2019-7&8), 13-16.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/318628/3/Acces_Eau_Democratie_2019_7_8.pdf

 

L'automobile est un objet politique

Lannoy, P. (2019). L'automobile est un objet politique. Le Figaro, 18.  

 

2016

Miraculée, la Cox revêt un caractère de sainteté

Lannoy, P. (2016). Miraculée, la Cox revêt un caractère de sainteté. Revue automobile,(37), 8.  

 

2014

S'engager dans la désexcellence

Decroly, J.-M., Deligne, C., D'Hainaut, B., Gosselain, O., Heirwegh, J.-J., Lannoy, P., Lebeer, G., Smith, A., Moriau, J., Piette, V., & Vanacker, J.-M. (2014). S'engager dans la désexcellence. La Libre Belgique.  
https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/172490/1/Engager_dans_desexcellence.pdf

 

2013

L'imaginaire de la mitoyenneté confortable d'un siècle à l'autre

Lannoy, P., & Balteau, M. (2013). L'imaginaire de la mitoyenneté confortable d'un siècle à l'autre. Cahiers de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Ile-de-France,(165), 103-107.  

 

2012

Pour une désexcellence des universités

Decroly, J.-M., Deligne, C., Gosselain, O., Heirwegh, J.-J., Lannoy, P., Lebeer, G., Smith, A., Moriau, J., et al. (2012). Pour une désexcellence des universités. La Libre Belgique.  

carte blanche parue dans La Libre Belgique, 24 mars 2012 URL: www.lalibre.be/debats/opinions/article/728010/pour-une-desexcellence-des-universites.html

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/139802/1/Desexcellence_des_universites.docx

 

2010

Les élites souterraines de la mobilité bruxelloise

Lannoy, P., & Tellier, C. (2010). Les élites souterraines de la mobilité bruxelloise. Les Cahiers de la fonderie,(43), 98-105.  

 

2008

Un dimanche sans… et tous les autres jours avec

Lannoy, P. (2008). Un dimanche sans… et tous les autres jours avec. Le Soir.  

 

Grosse cerise sur le capot

Lannoy, P. (2008). Grosse cerise sur le capot. PicarDHMag, 35, 14.  

 

2007

Entretien avec Pierre Lannoy, sociologue

Lannoy, P. (2007). Entretien avec Pierre Lannoy, sociologue. Aires libres, 1, 14-16.  

 

Comment comprendre l'attachement aux modes de transport?

Lannoy, P. (2007). Comment comprendre l'attachement aux modes de transport? Le Moniteur de la mobilité, 1, 4-10.  

 

Hoe krijgen we meer inzicht in de gehechteid aan bepaalde transportwijzen?

Lannoy, P. (2007). Hoe krijgen we meer inzicht in de gehechteid aan bepaalde transportwijzen? De Mobiliteitsgids, 1, 4-10.  

 

Divers

2021

Prisonniers italiens de la Grande Guerre en Belgique et en France occupées

Lannoy, P. (2021). Prisonniers italiens de la Grande Guerre en Belgique et en France occupées: [https://pdgit1918.be/].  

 

Direction de thèses

2022

Sociologie d'une entreprise scientifique. La construction de la sociologie francophone des transports et des mobilités

Gires, J. (2022). Sociologie d'une entreprise scientifique. La construction de la sociologie francophone des transports et des mobilités (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Sciences sociales - Sciences politiques et sociales, Bruxelles.  

La thèse a pour objet la construction de la sociologie francophone des mobilités et des transports à partir des années 2000. L'émergence récente de ce domaine scientifique a été l'occasion d'investiguer ses ressorts à travers des entretiens biographiques, dans une perspective de sociologie du travail scientifique. Ce monde étant restreint, beaucoup des acteurs au cœur de celui-ci ont ainsi pu être interrogés : chercheurs en sociologie, mais aussi financeurs et employeurs qui leur fournissent des moyens d'existence et ingénieurs des transports avec qui ils doivent cohabiter sur ce terrain. Cette démarche a par ailleurs été appuyée par différents résultats quantitatifs sur des données bibliométriques ou d'emploi. La thèse prend le parti que l'émergence d'un nouveau champ de recherche n'est pas « nécessitée » par des changements sociaux, mais qu'elle est à l'inverse le produit de l'entreprise scientifique de chercheurs particuliers qui tentent de convaincre de son intérêt : ils doivent en premier lieu trouver une manière de s'insérer dans un poste académique stable, mais aussi développer des réseaux scientifiques ou encore intéresser des financeurs. Le travail de recherche suit plus particulièrement deux chercheurs qui sont les fondateurs de cette sociologie des transports et des mobilités : Vincent Kaufmann et Bertrand Montulet. Le parcours du premier, devenu aujourd'hui une référence scientifique dans le domaine, est largement développé pour comprendre comment une telle position a été construite concomitamment à l'émergence du domaine d'expertise sur laquelle elle repose.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/338745/3/Joel_Gires_-_These_-_Table_des_matieres.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/338745/4/Joel_Gires_-_These_-_Texte_complet.pdf

 

2021

Pris dans la Grande Bibliothèque. Entre attachements et dérives : Des professionnels de la culture en mode projet

Garcia Guillen, E. (2021). Pris dans la Grande Bibliothèque. Entre attachements et dérives : Des professionnels de la culture en mode projet (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Sciences sociales - Sciences politiques et sociales, Bruxelles.  

La thèse explore un projet de conception d'une grande bibliothèque dans une métropole française récemment créée, appelée à être un équipement culturel phare à l'échelle de l'agglomération. Les enjeux de cette grande bibliothèque censée être « porteuse de sens et d'avenir pour les habitants » sont donc très importants pour les élus à divers titres (dynamisme de la politique culturelle, image de la ville, rayonnement de la métropole, etc.). La recherche se penche plus précisément sur l'activité des bibliothécaires occupés à travailler sur cette bibliothèque, « en mode projet ». Ma problématique dérive d'un étonnement : on pourrait s'attendre à ce que la conception d'un tel équipement soit pour les professionnels un moment d'effervescence, d'ébullition, de confrontation de visions, d'expérimentation et d'inventivité. Or, trois ans après la prise de poste de la cheffe de projet et le début de mon enquête, il semble bien que la bibliothèque qui se dessine ressemble de près à nombre d'autres grands établissements créés en France ces dernières années (par l'architecture, les services, etc.). « En fait, je crois que la commande des politiques c'était d'avoir une bibliothèque », constate à regret une bibliothécaire responsable d'un groupe de travail [début 2020]. Cette surprenante remarque dit bien l'écart entre l'ouverture que semblait promettre la perspective du projet et le caractère ordinaire de que l'on va faire : finalement, il ne s'agissait que de concevoir une bibliothèque. Cette thèse cherche à comprendre comment le processus d'imagination de cette grande bibliothèque, mené en « mode projet » suivant un dispositif managérial qui imprègne aujourd'hui fortement le secteur culturel, est une démarche qui tend à altérer l'inventivité, l'imagination et la recherche concernant le futur lieu. Il faut souligner qu' « altérer » ne signifie pas interdire ou détruire : je cherche plutôt à montrer que le mode projet fait du projet autre chose qu'une démarche centrée sur la conception d'un lieu « porteur de sens et d'avenir pour les habitants ». En m'inspirant de l'approche de la sociologie pragmatique, je m'efforcerai de saisir le projet à travers la circulation des modèles qui concourent à son cadrage et l'emprise de la managérialisation, tout en restant attentive aux interstices et débordements par où se donnent à voir d'autres désirs et d'autres prises sur cette grande bibliothèque.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/323756/5/prisdanslagrandebibliotheque.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/323756/4/tabledesmatieresprisdanslagrandebibliotheque.pdf

 

2019

Le travail de la mobilité, entre parkings et particules. Les espaces-temps du travail sous tension.

Brodersen, M. (2019). Le travail de la mobilité, entre parkings et particules. Les espaces-temps du travail sous tension. (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Sciences sociales - Sciences politiques et sociales, Bruxelles.  

S'appuyant sur des observations in situ, des entretiens approfondis et des analyses textuelles, la thèse étudie les changements qui affectent les espaces et les temps du travail contemporain à partir des cas de la recherche universitaire en physique expérimentale et du transport routier de marchandises. L'enquête a été menée à partir de points d'entrée bruxellois, l'un étant un centre de recherche d'une université, l'autre une entreprise de fret, tous deux implantés à Bruxelles. Elle montre les formes particulières prises par des logiques de rationalisation, d'impératifs de mobilité et de mobilisation subjective dans ces deux écologies de métiers, a priori fort différentes. Comme le documente cependant l'enquête, ces deux terrains se caractérisent par des identités, représentations et pratiques professionnelles marquées dans les deux cas par une flexibilité spatio-temporelle, une aspiration à l'autonomie au travail et à l'engagement vocationnel de la part des travailleurs qui s'y activent. Par un dialogue de suggestion entre ces deux terrains, la thèse montre alors que des tensions émergent des contradictions entre les aspirations professionnelles, les objets et les qualités du travail, d'une part, et les modes de contrôle, d'évaluation, d'organisation et de rémunérations du travail et des carrières, d'autre part. Et si tensions il y a, c'est précisément parce que les espaces, les temporalités et les subjectivités par lesquels les travailleurs sont mobilisés et contraints à modifier le travail sont simultanément, et irrémédiablement, les ressources où ceux-ci puisent leur faculté à s'attacher et à résister aux exigences du travail. Ce processus par lequel émergent des productions spatio-temporelles particulières, au-delà et en-deçà des idéaux de métier mis en avant dans les discours tant officiels qu'informels, est à instruire pour chaque cas, dans sa qualité de monde. With an interest in how the imperatives of mobility, as well as rationalisation and mobilisation affect contemporary work and careers, the PhD thesis unites the perspectives provided by different positionings of observation, in depth interviews and the analysis of textual material. Taking an experimental physics laboratory as the starting point, the thesis analyses how new spaces of competition and qualification impact the objects, professional identities and careers of researchers and their collaborators, linking these analyses to observations made in the road freight transport sector, which serves as a reference point with regards to work-inherent spatial mobilities, autonomies, collective action and work engagement beyond what is habitually framed as “highly skilled” work and mobility. The dissertation thus shows how some trends are particularly taking hold in certain professions and working worlds: subjective mobilization at work, self-exploitation, permanent availability and the valorisation of professional, spatial and migratory mobility are linked to established self-descriptions, identities and practices. The dissertation specifically shows how time, space and subjectivities are at the foundation of work mobilisation for researchers as well as for other workers. At the same time, it is from the practices and representations of time and space that researchers and professional drivers draw the resources of their resistance and persistance in work. This is shown to go beyond the professional ideals highlighted in the discourses and put under pressure by the controls, evaluations and standards that accompany the developments in their sectors. The thesis thus provides insights into current dynamics in more recently emerging working worlds with highly individualised work relations.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/294300/4/TdmMBrodersen.pdf

 

Le Travail Domestique de Mobilité. Un concept pour comprendre la mobilité quotidienne des travailleuses avec enfants à Bruxelles

Gilow, M. (2019). Le Travail Domestique de Mobilité. Un concept pour comprendre la mobilité quotidienne des travailleuses avec enfants à Bruxelles (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Sciences sociales - Sciences politiques et sociales, Bruxelles.  

Cette thèse développe le concept de Travail Domestique de Mobilité (TDM) pour analyser les déplacements quotidiens de travailleuses vivant avec de jeunes enfants. Statistiquement, il s'agit d'un groupe social qui assume au quotidien un nombre important de trajets en lien avec la sphère domestique et familiale (accompagnement scolaire, courses alimentaires, visites médicales avec des membres de la famille…). Or, les enquêtes de mobilité tendent à dissimuler le poids de l'ensemble de ces trajets, en les diluant dans une multitude de motifs de déplacement sans lien apparent, ce qui participe à leur invisibilisation comme problématique cohérente. Renouant avec les auteur-e-s ayant entamé une réflexion en ce sens, le TDM vise à saisir conceptuellement tous les déplacements en lien avec la sphère domestique et familiale, permettant ainsi de mieux comprendre ses logiques genrées et de visibiliser les tensions spatio-temporelles qui naissent de l'ensemble de ces trajets.Avec 45 entretiens semi-directifs à l'appui, menés avec des mères travailleuses à Bruxelles, cette thèse situe les pratiques, réflexions et vécus de ces femmes au cœur de son analyse. Leurs témoignages permettent notamment de caractériser le travail de mobilité qu'elles fournissent. Il s'agit à la fois d'un important travail logistique qui demande de mettre en cohérence sur le plan spatio-temporel des sphères de vie non-coordonnées, et d'un travail de transport, qui suppose une condition physique particulière dans l'espace public, impliquant en même temps un effort de surveillance et de soins quand des enfants sont accompagnés. La division du travail au sein du ménage, c'est-à-dire la répartition des trajets entre le père et la mère, met en lumière les logiques genrées qui amènent les femmes à assumer « leur part » de TDM. La dimension émotionnelle (notamment celle liée à l'accompagnement) montre à quel point ces trajets mettent en jeu leur identité maternelle. Même si dans les ménages en couple les trajets sont le plus souvent partagés, il apparaît que la responsabilité ultime pour la logistique familiale repose sur les mères. La composition de l'échantillon, volontairement diversifié en termes de profils socioprofessionnels, vise en outre à connaître comment des femmes de classes sociales différentes assument cette mobilité. Leur degré de maîtrise sur leur infrastructure du quotidien, tant dans ses aspects spatiaux que temporels, et leur accès aux (et dépendance des) différents modes de déplacement - qui deviennent leurs « outils de travail » - mettent en exergue que le TDM touche non seulement aux rapports de genre, mais qu'il s'insère tout autant dans les hiérarchies spatiales et temporelles de Bruxelles. Pour réduire leur charge de travail, les enquêtées font appel à plusieurs types de réseaux sociaux qui suivent des logiques de solidarité différentes. Certaines enquêtées ont la capacité à déléguer le TDM à d'autres travailleuses à leur service, et mettent en lumière comment cette mobilité genrée s'imbrique avec des rapports de classe.Ainsi, le TDM constitue un outil analytique qui offre un nouveau regard sur cette mobilité entrecroisée de plusieurs rapports sociaux. Il attire l'attention sur les difficultés qui naissent d'organisations spatio-temporelles et d'aménagements d'espaces marginalisant cette forme de mobilité, et invite à imaginer différentes manières d'intégrer cette problématique dans les politiques d'aménagement et de mobilité. En conceptualisant cette mobilité comme une forme de travail, le TDM met aussi en lumière sa fonction sociale et son imbrication avec divers rapports de pouvoir, contrairement aux conceptions individualisées des déplacements quotidiens.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/288845/4/Gilow2019TheseTravailDomestiquedeMobilite.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/288845/3/TableDesMatieresGilow2019.pdf

 

Participation aux jurys de thèse

2019

Mobilité et action humaine : une approche phénoménologique

Lafontaine, S. (2019). Mobilité et action humaine : une approche phénoménologique (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Sciences sociales - Sciences politiques et sociales, Bruxelles.  

Adoptant la langue des flux et des fluides, la théorie sociologique caractérisent aujourd'hui les acteurs sociaux comme des êtres composites, prédisposés à changer et capables d'agencements feuilletés. Alors que l'importance de la mobilité pour penser et analyser le social contemporain est généralement reconnue, rare sont les travaux qui se consacre à en développer les modalités fondamentales. L'objectif de cette thèse est de développer une approche plus différenciée et gradualiste des mobilités que celle proposée par les principales options théoriques en vigueur, sans pour autant abandonner la dimension fluctuante, non linéaire et imprévisible du mouvement sur laquelle elles attirent l'attention. Qu'est-ce qu'être mobile ? Une théorie de l'expérience, en l'occurrence celle proposée par la phénoménologie, offrirait-elle des ressources critiques susceptibles d'ouvrir à l'approfondissement des mobilités comme elles sont vécues ? À titre d'hypothèse, cette thèse pose qu'un ensemble de phénomènes demeurent énigmatiques à l'intérieur de la conception généralement admise du social contemporain et qu'une articulation plus explicite du thème de la mobilité à celui de l'action humaine permet d'approfondir les processus du déplacement dans l'espace des sociétés, du passage du temps impliqué par le déplacement et du changement social. Comment émerge du nouveau dans le cours d'actions ? Qu'est-ce que pouvoir agir ? Quelle est la source du changement ? À partir d'une enquête inédite sur des voyageurs se rendant quotidiennement à Bruxelles et des personnages de romans de route étatsuniens, l'auteur explore des questions de fond portant sur l'expérience du transport, autour de l'éloignement des choses et des personnes aimées, du vide du temps d'attente, des aléas aussi insignifiants qu'irritants, de l'étrangeté des rencontres, de la décision de prendre la route et de choisir une orientation nouvelle. Ces moments de vacillation sont importants, soutient l'auteur, car ils nous ramènent aux motivations fondamentales et aux buts ultimes de nos déplacements les plus quotidiens. À une époque marquée par un idéal de mouvement fluide et sans accrocs, cette thèse éclaire ce qui se passe dans l'expérience des mobilités. Elle incite à une réflexion sur ce que nous éprouvons sur la route et aux possibles que cette expérience fait émerger.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/288312/5/pdftablematieres.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/288312/3/pgtitre.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/288312/7/these_vol_1_lafontaine.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/288312/6/these_vol_2_lafontaine.pdf

 

2017

La viabilité des chaînes laitières industrielles au Sénégal

Ferrari, S. (2017). La viabilité des chaînes laitières industrielles au Sénégal: Une analyse en termes de gouvernance (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Sciences sociales - Sciences politiques et sociales, Bruxelles.  

Les dernières décennies ont été marquées par d'importantes évolutions au sein du secteur laitier au Sénégal. En effet, l'industrie et le commerce du lait se sont beaucoup développés, en raison de l'urbanisation et des changements des habitudes alimentaires des populations urbaines. Cette thèse s'interroge sur les effets de ces évolutions sur le développement de la chaîne laitière locale et sur l'état de vulnérabilité des populations d'éleveurs. En s'appuyant sur la théorie de la gouvernance des chaînes globales de valeur et sur l'économie des coûts de transaction, la thèse cherche à appréhender quels modes de gouvernance permettent la viabilité des chaînes laitières industrielles sénégalaises. Grâce à la collecte de données qualitatives auprès des acteurs de ces chaînes de valeur et à l'analyse approfondie de dix entre elles dans les régions de Dakar et Kolda, cette thèse met en évidence deux facteurs principaux à la base de la viabilité des chaînes laitières industrielles. Premièrement, des stratégies de qualité portant sur l'origine locale de la matière première sont gagnantes sur le marché, puisque les consommateurs leur attribuent une valeur particulière. En outre, les services offerts par les laiteries aux producteurs locaux dans le cadre de telles stratégies de qualité contribuent à réduire la vulnérabilité de ces derniers et consolident donc la viabilité des chaînes de valeur, notamment sur le plan social. Deuxièmement, l'adoption de formes plurielles de gouvernance, dans le cadre d'un approvisionnement mixte lait en poudre/lait local, permet aux laiteries d'être économiquement viables. Elles sont en effet en mesure d'exploiter pleinement leurs capacités de production, de maîtriser les coûts d'achat de la matière première et de répondre aux exigences des consommateurs.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/249201/4/Table_des_matieres.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/249201/3/THESE_Serena.pdf

 

2015

L'efficience énergétique et les effets rebonds : déficiences théoriques et paradoxes pratiques

Wallenborn, G. (2015). L'efficience énergétique et les effets rebonds : déficiences théoriques et paradoxes pratiques (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté des Sciences - I.G.E.A.T., Bruxelles.  

Les mesures d'efficience énergétique sont généralement promues pour combattre le changement climatique, assurer la sécurité énergétique, augmenter la compétitivité et en raison de leur bon retour sur investissement. Toutefois, si l'efficience énergétique des différents secteurs de la société (industrie, bâtiments, transports, appareils, etc.) s'améliore, la consommation d'énergie ne cesse également d'augmenter. Ce constat contrariant peut être partiellement expliqué par ce qu'on appelle l'« effet rebond ». Cet effet est traditionnellement défini comme le changement de comportement d'un utilisateur suite à l'amélioration de l'efficience énergétique de telle sorte que sa consommation d'énergie est supérieure à ce qui est prévu par un modèle d'ingénieur. L'amplitude de cet effet, particulièrement au niveau macro-économique, est toutefois controversée. De même, il n'y a pas d'accord sur la classification des effets rebonds. Cette thèse part de l'hypothèse que les controverses sur les effets rebonds proviennent du fait qu'ils peuvent se produire à différentes échelles temporelles et spatiales, et que diverses disciplines capturent certains mécanismes car elles cadrent différemment leurs objets d'étude. Je montre que les mécanismes des effets rebonds peuvent être décrits comme la combinaison de deux efficiences. Premièrement, l'efficience énergétique mesure un rapport de production/consommation d'un individu (une machine ou un être vivant, par exemple). Deuxièmement, l'efficience temporelle mesure la vitesse à laquelle les activités de production/consommation sont menées (par une entité ou un ensemble d'entités). Lorsque les corps sont liés entre eux, notamment par des échanges de matière et d'énergie, une amélioration de l'efficience énergétique implique une augmentation de l'efficience temporelle. Cette augmentation n'est pas immédiate, mais elle est d'autant plus rapide que les corps ont à leur disposition des infrastructures qui permettent d'accéder à l'énergie. La combinaison des deux efficiences s'observe dans quatre cadres disciplinaires : écologie, technologie, économie néo-classique, sociologie des pratiques. En écologie, les deux efficiences procurent des avantages évolutifs, et sont appelés principes de la « production minimale d'entropie » et « puissance maximale ». Le développement technologique nous montre comment les deux efficiences se renforcent mutuellement via des réseaux de distribution et autres infrastructures. En économie néo-classique, l'efficience énergétique répond à la maximisation d'une fonction mal identifiée (profit ou utilité). En sociologie des pratiques, l'efficience temporelle joue un rôle majeur dans la multiplication des tâches déléguées à des machines — qui existent grâce à l'amélioration de leur efficience énergétique. En conclusion, ce n'est pas uniquement l'efficience énergétique qui est responsable des effets rebonds, mais sa combinaison avec l'efficience temporelle. Les effets rebonds dépendent de l'intensité des couplages colatéraux entre les machines et les corps. Habituellement ce couplage est estimé petit (il est totalement absent dans le cadre néo-classique). On peut pourtant contester cette hypothèse dans la mesure où ce couplage crée et multiplie les activités humaines. La part de la consommation exosomatique en comparaison à la consommation endosomatique montre l'ampleur de ce couplage. Pour limiter les effets rebonds, il convient de déconnecter les deux efficiences et les relations qui les renforcent.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/216731/3/These_partie1.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/216731/4/These_partie2.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/216731/5/tdmWallenborn.pdf

 

2012

Emergence d'une communauté transnationale dans l'espace migratoire européen

Kuzma, E. (2012). Emergence d'une communauté transnationale dans l'espace migratoire européen: analyse de la migration polonaise à Bruxelles, 2002-2009 (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté des Sciences sociales et politiques - Sciences sociales et Sciences du travail, Bruxelles.  

Les changements politiques qui ont eu lieu dans les pays de l'Est européen depuis 1989 ont eu pour conséquence l'ouverture des frontières des ex-pays communistes, facilitant les départs et les retours des leurs citoyens. La transformation économique qui se poursuit dans cette région de l'Europe a toutes ces conséquences : la hausse du chômage, les salaires très peu élevés, les difficultés économiques observées notamment dans les régions rurales etc. Tout cela provoque un déplacement de personnes qui, cherchant leur terre d'exile, cherchant une vie meilleure, se dirigent de l'Est vers l'Ouest du continent. <p>En 1991, le Royaume de Belgique a changé la législation concernant les citoyens polonais en leur accordant l'entrée libre, sans visas, pour un séjour touristique de trois mois. Cette modification de la loi a initié une nouvelle vague migratoire provenant de Pologne. <p><p>Notre étude concerne le milieu immigré polonais de Bruxelles, avec une prise en considération particulière de la question de la naissance et le fonctionnement d'un nouveau type d'organisation sociale qu'est la communauté transnationale. L'approche théorique de cette recherche est basée sur les études récentes relatives aux communautés transnationales. A partir de travaux de Alejandro Portes, Douglas Massey et Saskia Sassen, Robert Cohen et Steven Vertovec nous pouvons définir une communauté transnationale comme une nouvelle forme de vie sociale qui est composée d'immigrés vivant dans le pays d'accueil, des familles et des enfants des migrants qui sont dans le pays d'origine, d'anciens immigrés qui sont déjà rentrés dans leur pays d'origine et des migrants potentiels. Les communautés transnationales développent leurs propres entreprises, organisations, institutions et différentes formes de dépendances qui permettent à leurs membres de vivre et travailler dans le pays d'immigration, même sans avoir ni le permis de séjour ni le permis de travail. Le réseau de liens et d'organisations aide aussi la circulation des biens, des fonds financiers, ainsi que des informations entre le pays d'accueil et le pays d'origine. <p><p>Le but de cette recherche est de vérifier l'hypothèse qu'actuellement à Bruxelles se développe une communauté transnationale d'immigrés polonais illégaux. Cette communauté aide les migrants à exister en même temps dans les deux pays ; par exemple gagner de l'argent à Bruxelles et continuer la construction d'une maison dans le village natal, travailler en Belgique et élever des enfants qui sont en Pologne. Nous analysons la formation, les logiques de fonctionnement et l'évolution de la communauté transnationale polonaise implantée à Bruxelles ainsi que les organisations et les institutions, entre autres informelles, aidant les Polonais qui vivent sur le sol belge. Les questions liées à la problématique de l'emploi des immigrés polonais à Bruxelles constituent des éléments importants de notre recherche. L'accès des immigrés polonais au marché informel de l'économie belge, le fonctionnement du secteur du travail illégal, les métiers ethniques, la dynamique d'insertion des Polonais sur le marché de l'emploi bruxellois, les relations entre les patrons belges et les employés polonais ainsi que l'existence du secteur informel des entreprises polonaises nous semble particulièrement intéressant à développer dans le cadre de notre recherche. <p><p>Une analyse approfondie de la communauté polonaise de Bruxelles représente un intérêt non négligeable tant pour la Région de Bruxelles - Capitale que pour l'Etat belge, notamment à cause de l'ampleur de cette immigration. Les ressortissants polonais séjournant en Belgique constituent le premier groupe migrant parmi tous les immigrés originaires de l'Europe centrale et orientale. Dans ce contexte, il nous semble intéressant de connaître cette communauté qui se développe sur le sol belges depuis déjà 15 ans sans aucun statut officiel pendant plusieurs années. <p>

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/209594/5/1dad0786-e492-420e-b2bb-90dfbac3c315.txt

 

Les rugosités de Bruxelles

Jamar, D. (2012). Les rugosités de Bruxelles: ethnographie politique d'un milieu culturel d'intervention urbaine : entre ville des possibles et ville par projet (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté des Sciences sociales et politiques - Sciences sociales et Sciences du travail, Bruxelles.  

Depuis le milieu des années quatre-vingts-dix, Bruxelles comme enjeu d'actions collectives, apparaît sous des formes inédites. Ce sont des lieux dés-affectés, des friches ou des lieux discontinus qui font, avant la constitution d'un quelconque programme politique, l'objet de mises en scène artistiques ou culturelles. Depuis celles-ci se nouent des alliances plutôt que des fédérations représentatives, se produisent des groupes et émergent des énoncés, bref se tisse un milieu culturel d'intervention urbaine au contact des hésitations d'autres milieux urbains plus institutionnalisés. Une Bruxelles rugueuse et fissurée tant d'un point de vue physique, social qu'institutionnel et politique y devient ressource de sens et d'action contre une ville dès lors qualifiée de lisse. Ces constructions de possibles s'appuient sur des figures d'Usager, de Créativité voire de Métropole, et se distancie ainsi d'une ville héritée des premières luttes urbaines, que des urbanistes-artisans auraient à rapiécer autour des Quartiers et des Besoins d'Habitants.<p>Cette thèse propose une description de l'émergence, de la constitution, des modes de stabilisation, de rigidification, de fermeture et de solidification de ce milieu à partir des situations hétérocilites qui le font autant diverger que tenir. Ces situations sont autant des actions culturelles, des actions de dénonciation, des plate-formes émergentes visant à peser sur le développement urbain, que des projets urbanistiques et architecturaux. Elle décrit les capacités dont se dotent des collectifs - parfois qualifiés d'alternatifs - à mettre la ville en problèmes ainsi que les effets de la capture de ces expériences sur la production de nouveaux dispositifs publics d'action urbaine. <p>C'est alors qu'est interrogée la constitution, à partir de nouvelles zones d'interventions publiques à Bruxelles, d'un nouveau pli institutionnel au sein de couches préexistantes héritières des premières luttes urbaines. Ce pli s'appuie sur une requalification des rapports entre créativité, attractivité urbaine, participation et action politique. Architectes et urbanistes jouent alors un rôle central dans la constitution d'un urbanisme par projet qui suppose à la fois une planification plus procédurale sensible à la spécificité des nouveaux pôles de développement et une nouvelle échelle de référence visant à situer Bruxelles comme métropole internationale. <p>Le milieu décrit oscille - et parfois se fragmente - entre des expérimentations de villes des possibles et constitution d'une ville par projet. Entre les deux, ce sont les effets de ce milieu qui font enjeu. Les frictions urbaines, les formes de créativité, les usagers, les interstices que ces deux acceptions partagent peuvent constituer de nouveaux mots d'ordre, des présupposés destinés à être digérés dans de nouvelles généralisations utopiques - une ville créative à appliquer sur des espaces pour des publics cibles à éduquer - ou alors devenir l'occasion de cultures interstitielles favorisant des reprises usagères de co-constructions de localités. L'engagement propositionnel de cette thèse consiste, à partir des réussites et des échecs partiels du terrain, à rechercher certaines des conditions de possibilité de cette dernière acception.<p>

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/209723/10/cf048fe9-3638-46e6-b593-f4ad586bd814.txt

 

Président de jurys de thèse

2022

Construire un mouvement de justice climatique grassroots

Lajarthe, F. (2022). Construire un mouvement de justice climatique grassroots: Une enquête dans des organisations et des réseaux d'activistes européen.ne.s (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté des Sciences - Géosciences, Environnement et Société, Bruxelles.  

L'objectif de cette thèse en sciences et gestion de l'environnement est d'actualiser les recherches sur le mouvement de justice climatique en Europe, tout en proposant une conceptualisation ascendante de « la construction de mouvement ». Cette conceptualisation est « ascendante » (bottom-up), dans la mesure où l'analyse proposée dérive en premier lieu des données collectées dans le cadre de l'enquête de terrain, qui ont ensuite été croisées avec certains apports importants de la littérature scientifique. Les registres théoriques mobilisés dans cette thèse sont multiples, de la sociologie des mouvements sociaux aux études de genre, de la géographie humaine critique à l'étude des organisations, de la psychologie sociale aux sciences politiques.La méthodologie principale est une ethnographie multisituée et engagée. L'enquête de terrain a duré un peu plus de quatre ans (2017-2021) et a été réalisée dans différents pays d'Europe, avec un accent particulier porté sur l'Allemagne et la Belgique. Elle s'appuie sur deux études de cas qui revendiquent leur appartenance au mouvement de justice climatique, l'alliance Ende Gelände en Allemagne et le collectif Climate Justice Camp Belgium en Belgique. L'enquête de terrain a également eu lieu au sein d'instances de réseautage comme le réseau européen Climate Justice Action (CJA). La thèse est structurée de manière thématique. L'introduction présente les objectifs et les questions de recherche. Le chapitre 1 joue le rôle de chapitre méthodologique. Le chapitre 2 porte sur l'histoire du mouvement de justice climatique en Europe à partir de 2008 et jusqu'en 2021. Le chapitre 3 porte sur les évolutions de la compréhension, du traitement et de l'utilisation de la justice climatique comme cadre et comme idéologie. Le chapitre 4 porte sur les dynamiques internes d'organisation de mes deux études de cas. Le chapitre 5 porte sur la composition sociale du mouvement de justice climatique, et sur les manières de comprendre et de combattre l'homogénéité sociale qui caractérise dans une grande mesure l'activisme de justice climatique en Europe. Le chapitre 6 porte sur la stratégie, et propose une conceptualisation et un modèle original de la construction de mouvement.En prenant l'exemple de la frange grassroots du mouvement de justice climatique en Europe, je souhaite montrer combien les mouvements sociaux n'émergent pas de nulle part mais sont plutôt activement construits par des personnes qui consacrent une énergie non-négligeable à les faire émerger et les développer en vue de rendre le monde plus juste. La construction de mouvement est comprise ici comme un processus intentionnel par lequel un mouvement social émerge et se maintient. Ce processus est également systémique car il repose sur la création et le développement d'infrastructures de mouvement qui ont plusieurs fonctions, et qui sont reliées entre elles. Ces infrastructures sont très variées : elles peuvent être spatiales (comme les échelles d'action militantes ou les espaces militants), discursives (comme les récits, les cadres, et l'idéologie), communicationnelles (comme les tactiques et les répertoires de communication), relationnelles (comme les liens sociaux, les organisations, la base, les réseaux ou les coalitions) ou intracommunautaires (comme l'identité collective, la composition sociale du leadership ou la culture militante). Leur développement et leur maintien dérive d'un certain nombre de processus spécifiques (à chaque infrastructure) et transversaux (à toutes les infrastructures). Ces processus transversaux peuvent relever de la transmission (comme l'effet d'entraînement, la diffusion ou l'apprentissage), de la délibération, de la réflexivité (comme la réflexivité émotionnelle et cognitive, la construction de connaissances ou la construction de frontières symboliques et sociales) ou encore de la liaison (comme l'adaptation au contexte ou la coopération). Ces infrastructures de mouvement ne sont pas développées de manière indépendante mais s'influencent entre elles. Elles sont interreliées pour deux raisons principales. La première raison est liée au fait que leur développement et leur maintien s'inscrivent dans une stratégie, qui est considérée ici comme une infrastructure transversale et comme une procédure, c'est-à-dire une marche à suivre en constante évolution. La deuxième raison est liée au fait qu'une infrastructure peut en influencer une autre de manière unilatérale ou mutuelle. L'élaboration de plusieurs infrastructures de manière simultanée est parfois tellement entremêlée qu'il s'avère impossible de déterminer quelle infrastructure exerce ou reçoit cette influence, reflétant le caractère systémique de la construction de mouvement.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/342696/4/these-lajarthe.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/342696/3/Table-matieres.pdf

 

2021

Articuler autogestion, agroécologie et territoire. Une analyse des organisations de coopération agricole au stade de la production en Belgique

Plateau, L. (2021). Articuler autogestion, agroécologie et territoire. Une analyse des organisations de coopération agricole au stade de la production en Belgique (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Sciences sociales - Sciences politiques et sociales, Bruxelles.  

La thèse porte sur les organisations de coopération agricole au stade de la production (OCAP) en Belgique. Elle s'inscrit dans le champ de l'économie institutionnelle, de l'économie sociale et de l'économie politique agraire. À partir d'une enquête empirique, la recherche s'efforce d'étayer la thèse de la complexité du fonctionnement interne des OCAP en Belgique étant donné la multiplicité des objectifs poursuivis par leurs membres et la nature des relations sociales dans lesquelles sont insérées ces structures coopératives de production agricole. En tant qu'objet d'étude, les OCAP sont définies comme les formes volontaires de coopération qui portent sur les processus biologiques de la culture des plantes et de l'élevage des animaux. Ces arrangements institutionnels sont caractérisés par la construction d'un ensemble de règles collectives qui organisent la mise en commun de ressources et d'activités et par la négociation entre associés des critères de répartition des résultats monétaires et non monétaires issus du travail. Les OCAP se distinguent des coopératives agricoles largement développées depuis le 19e siècle en Europe de l'Ouest pour offrir des services en amont ou en aval de la production. Ces coopératives de services ont été constituées pour faciliter l'intégration verticale sur les marchés d'exploitations indépendantes tandis que les OCAP, en intervenant au stade de la production, organisent la coopération horizontale entre agriculteurs associés.Les OCAP sont relativement peu développées en Europe et ailleurs dans le monde. Pourtant, les arguments pour coopérer au stade de la production agricole sont multiples et articulent des motivations d'ordre économique, social, politique, écologique et idéologique. Elles relèvent notamment de la volonté d'accéder aux ressources productives, de bénéficier d'économies d'échelle, d'améliorer les conditions de travail ou de renforcer les interdépendances des exploitations avec leur environnement biophysique et socioéconomique. Plusieurs raisons peuvent toutefois expliquer le fait que les OCAP sont peu répandues, comme l'attachement des agriculteurs à leur terre ou l'apparition de déséconomies d'échelle à partir d'un seuil de dimension relativement bas, liées aux coûts de déplacement des travailleurs et du matériel et aux coûts de coordination du travail. Malgré ces difficultés, depuis les années 2000 en Belgique, de nouvelles initiatives coopératives au stade de la production agricole sont portées par des néo-agriculteurs et coexistent avec les autres types d'exploitations agricoles. Notre recherche interroge en particulier la diversité des pratiques organisationnelles déployées au sein des OCAP à travers l'analyse des conditions sociales de production, des mécanismes qui permettent d'articuler la multiplicité des objectifs poursuivis et des processus de démocratisation de l'économie rurale. Pour cela, nous avons mené trois enquêtes empiriques complémentaires à partir d'une combinaison de méthodes de recherche qualitative. La première permet de caractériser la diversité organisationnelle des OCAP par la construction d'une typologie empirique menée sur la base d'un échantillon de 31 organisations. Trois variables dichotomiques définissent les types d'OCAP : la mise en commun du travail de la terre, le contrôle de la production et l'étendue de la coopération. L'analyse des conditions sociales de production dans chacun des types procède ensuite à l'examen des formes d'accès au foncier et au capital d'exploitation, des modes de prise de décision, des conditions de travail et des modalités de répartition des résultats produits. Cette première étude met finalement en évidence les tensions qui caractérisent la nature des relations que les agriculteurs nouent entre eux et avec d'autres catégories d'acteurs. La deuxième enquête empirique investigue les mécanismes par lesquels les membres des structures intégrales de coopération agricole, dont la particularité est d'organiser en commun le travail de la terre selon des principes agroécologiques, parviennent à construire une cohérence interne à leur organisation étant donné la multiplicité des objectifs qu'ils poursuivent. À travers une analyse comparative de dix organisations, les structures coopératives de production agroécologique sont alors étudiées à travers le prisme des organisations hybrides car, au-delà de la logique commerciale, elles combinent des demandes contradictoires issues de leur engagement dans des logiques d'autogestion, d'agroécologie et d'ancrage territorial. Après avoir défini les propriétés de ces logiques institutionnelles, l'analyse met en évidence les tensions paradoxales qui découlent de leur combinaison et les réponses organisationnelles mises en œuvre pour poursuivre dans la durée les multiples rationalités engagées. La troisième analyse consiste en une monographie d'une OCAP dont la singularité est de répartir le contrôle de la production agroécologique entre agriculteurs et citoyens. L'analyse vise à préciser la notion de démocratie économique à partir des principes qu'elle sous-tend et des principales praxis démocratiques mises en œuvre par les acteurs pour réguler leurs activités économiques. En particulier, nous avons cherché à comprendre les contradictions des pratiques organisationnelles avec les principes de démocratie économique et avec certains fondements du mouvement coopératif, ainsi que les tensions internes qui en résultent. Ce travail nous permet finalement d'appréhender dans une perspective critique et nuancée la transformation du rôle des citoyens dans les activités économiques et la diversification contemporaine des formes coopératives dans le secteur agricole et alimentaire induites par l'émergence d'initiatives aux multiples parties prenantes.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/330869/3/Plateau2021_Sommaire.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/330869/4/Plateau2021_Manuscrit.pdf

 

2018

Les choses de la rue et leurs publics. Pour une connaissance ambulatoire de l'espace public objectal à Bruxelles.

Laki, G. (2018). Les choses de la rue et leurs publics. Pour une connaissance ambulatoire de l'espace public objectal à Bruxelles. (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Sciences sociales - Sciences politiques et sociales, Bruxelles.  

Que se passe-t-il si l'on considère que les objets sont partie prenante de la vie publique ? Cette hypothèse est explorée ici au départ d'une entrée spécifique, celle des objets qui peuplent les rues d'une ville, Bruxelles. Comment les objets participent-ils à l'espace public urbain ? La notion d'« espace public » a pour principal atout le fait de thématiser un lien entre le spatial et le sociétal, entre matérialité de la ville et vie publique, entre le quotidien et le politique ; mais rares sont les études qui analysent la nature de ce lien. C'est ce que nous allons faire ici, par le biais d'une ethnographie des choses déposées ou abandonnées dans les rues de Bruxelles et des interactions qu'elles génèrent et auxquelles elles prennent part. Autrement dit, il s'agit de jauger la portée politique d'une dimension de la production de l'espace public qui n'est usuellement pas considérée sous cet angle : le façonnement de la ville par les objets de petite taille et traces d'usage qui marquent l'espace urbain au quotidien. Une telle perspective intègre au titre de « producteurs » des espaces publics d'autres acteurs que les seuls concepteurs professionnels et acteurs politiques : elle met sur un pied d'égalité des acteurs aussi différents que pouvoirs publics, riverains, sans-abris, multinationales, etc. ; elle rassemble autant des objets explicitement politiques que des choses abandonnées dans la rue par mégarde.Cette thèse s'attache à ces choses de la rue en adoptant une approche « radicalement empirique » (William James), faisant l'hypothèse que leur prise en compte ouvre une dimension inexplorée de l'espace public - que je nomme « espace public objectal ». Comment ces objets naissent-ils ? Comment les interactions qui les impliquent fonctionnent-elles ? Qui prend place dans cet espace public formé par les objets ? Qui en tient compte ? L'hypothèse de l'« espace public objectal » est à la fois descriptive et spéculative. Pour faire ses preuves elle nécessite un cheminement non seulement empirique mais aussi théorique. La thèse se déploie ainsi en quatre opérations distinctes et liées : 1. éclairer la dimension plus-que-discursive de la communication dans la rue, qui inclut les objets et espaces au même titre que les textes écrits ou parlés ; 2. étendre la théorie des publics de John Dewey aux objets pour se donner les moyens d'évaluer la portée publique et politique des choses et traces qui prennent place dans la rue ; 3. par le biais d'une « connaissance ambulatoire » (William James) suivre les réseaux de sens et de relations qui se nouent par et autour les choses de la rue pour explorer la portée des objets et la dimension spécifiquement « objectal » de l'espace public urbain ; 4. rapporter les contributions objectales au façonnement de l'espace urbain pour évaluer ce que leur prise en compte fait aux théories de l'espace public, et plus spécifiquement à la notion de « participation urbaine ». Si les objets et traces qui constituent le corpus de cette thèse peuvent initialement sembler anecdotiques et anodins, l'enjeu est en réalité considérable : le décentrement du regard (prendre en compte ce qui passe généralement inaperçu) fait monter sur la scène publique et politique des acteurs et enjeux qui ne sont pas représentés dans les sphères publiques et médiatiques généralement considérées comme relevant de l'« espace public ». L'attention à la dimension objectale de l'espace public permet ainsi d'obtenir une vision plus globale des façons de participer à la sphère publique d'une société : les contributions n'y sont plus (que) des arguments rationnels et discursifs, mais également des actes et objets qui fonctionnent sur un registre émotionnel et esthétique ; elles n'y sont plus (que) des actes accomplis de façon délibérée, mais également les effets indésirés de ces mêmes actes, et les effets d'actions sans aucune visée politique. Je propose ainsi de reconnaitre ces objets et traces comme une forme spatiale et matérielle de participation urbaine, que je nomme « participation objectale ».

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/277031/4/THESE_Giulietta_Laki_table_des_matieres.pdf

 

Co-Direction de thèses

2023

Epreuves de la colonialité dans l'art et la culture. Faire exister un monde noir à Bruxelles

Clette, V. (2023). Epreuves de la colonialité dans l'art et la culture. Faire exister un monde noir à Bruxelles (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Sciences sociales - Sciences politiques et sociales, Bruxelles.  

Si, dans l'histoire culturelle et intellectuelle - passée et présente - des Africains et des Afrodescendants, la notion de « monde noir » est communément utilisée, elle reste paradoxalement très peu investie intellectuellement. De ce paradoxe, il ressort qu'elle recouvre des significations diverses, certes intéressantes, mais réductrices. Une préoccupation a traversé la thèse de bout en bout : tenter de conceptualiser un monde noir. Cette tentative est animée, avant toute considération politique, par le sentiment fort qu'un tel monde existe. Pour plusieurs raisons, sa mise en exergue et sa conceptualisation ne tiennent pas du « bon sentiment » ; elles sont plus que nécessaires. Il en va d'abord de la possibilité que ce monde noir puisse devenir conscient de lui-même et, surtout, tel que le formule Du Bois, conscient de ce qui le compose. Je me permets d'insister sur la conscience de « ce qui le compose » car c'est à cet endroit, celui des caractéristiques et de la nature de ce monde noir, que des appuis conceptuels me semblent manquer.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/359749/4/table3matiersvero.pdf

 

2022

Transformations des pratiques de mobilités internationales depuis l'arrivée des compagnies aériennes à bas prix. Vingt ans de pratiques aériennes à Charleroi

Craps, A. (2022). Transformations des pratiques de mobilités internationales depuis l'arrivée des compagnies aériennes à bas prix. Vingt ans de pratiques aériennes à Charleroi (Thèse doctorale non-publiée). Université libre de Bruxelles, Faculté des Sciences - Géosciences, Environnement et Société, Bruxelles.  

Les compagnies à bas prix sont louées de toutes parts pour les changements qu'elles impliquent en termes de mobilité internationales pour les populations. Ces compagnies à bas prix remportent un succès retentissant en Europe depuis leur arrivée à la fin des années nonante à la suite de la libéralisation du ciel européen. Leur clientèle et leur réseau n'en finissent pas de se développer au fil des années, participant ainsi considérablement à l'augmentation des flux de personnes à travers l'Europe et nourrissant ces discours de démocratisation. Les travaux scientifiques sur le thème des compagnies aériennes à bas prix sont abondants mais peu s'intéressent à leurs aspects socio-spatiaux et aux pratiques des passagers en particulier. Et quand l'analyse s'intéresse un peu plus aux passagers cela se fait à travers le prisme économique et il s'agit d'analyses fixées dans le temps. Les pratiques de mobilités des passagers des compagnies à bas prix ne sont ainsi pas étudiées pour elles-mêmes et leurs évolutions sont passées sous silence.Dans ce contexte, la présente thèse a pour ambition d'identifier les pratiques et d'examiner leurs transformations à travers le temps. Elle traitera ensuite des questions de banalisation et de démocratisation du transport aérien. Les questions de recherche sont les suivantes : comment les pratiques de mobilité internationales ont-elles été transformées avec l'essor des compagnies aériennes à bas prix ?Pour répondre à cette question, une enquête a été menée à Brussels South Charleroi Airport et les analyses se basent sur un échantillon conséquent (N=1471). Les analyses quantitatives mettent en exergue quelles pratiques de mobilités existaient dans le passé et quelles pratiques de mobilités existent aujourd'hui dans le cas de cet échantillon. Les différences entre le passé et le présent seront mises en avant et on se posera notamment la question du trafic induit par les compagnies à bas prix. L'analyse montrera par ailleurs si les changements sont propres à certains groupes ou non et si l'on peut observer une démocratisation.

https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/348587/5/These_A_Craps.pdfhttps://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/348587/4/Table_des_matieres.pdf

 



 

Domaines d'intérêt

Sociologie urbaine, sociologie de l'automobile. Prisonniers italiens. Guerre 14-18..
 

Informations secrétariat

Secrétariat Metices : +32(0)2 650 31 83

Mail : Metices@ulb.be

Mis à jour le 14 septembre 2023